Deniers d’argent de Guillaume le Conquérant

France - Rouen - Musée départemental des Antiquités
Moyen Âge
Relations politiques et militaires
Dès son sacre en l’abbaye de Westminster le 25 décembre 1066, Guillaume, qui déjà frappait monnaie en tant que duc de Normandie, émit des monnaies dans son nouveau royaume (1066-1076). Plusieurs villes dont Londres, émirent des deniers (ou pennies) à son effigie. Les monnaies portent au droit le portrait stylisé du roi et au revers une croix avec les noms du lieu de frappe et du monnayeur. Grâce à un strict contrôle central, le type était le même dans la quarantaine d’ateliers actifs à travers le royaume. Approximativement tous les trois ans, un nouveau type était introduit et les pièces anciennes devaient être changées en nouvelles à un taux défavorable, ce qui procurait un profit au roi.
 
  • La première pièce, d’après l’inventaire « trouvée en Angleterre », est datée des années 1066-1068. Autour de l’effigie, au droit, est le nom du roi précédé d’une croisette. Ici la croisette ; « + ILLEMV REX V » et le bas du buste séparent le V de Villelmus du reste des lettres. Le S manque. Au revers, autour d’une croix fleuronnée la légende  « + PIILFILLERON » montre la maladresse du graveur, probablement analphabète.
 
diamètre : 2 cm ; poids : 1,27 g
Musée départemental des Antiquités, Rouen, achat Rollin, 1844, n° inv. 464 b (A)
 
Voir Jacqueline Delaporte, « Denier de Guillaume Le Conquérant », De l’Egypte ancienne à la Renaissance rouennaise…, Rouen, 1992, n° 62.
 
  • Denier au type « two sceptres », datée des années 1072-1074, provient de l’atelier d’Exeter, monnayeur Wulfwine (Droit : +PILLEM REX IING ; buste de face entre deux sceptres. Revers : +PIILFPNE ON EXCE ; croix fleuronnée cantonnée de sceptres).
 
poids : 1,28 g.
Musée des Antiquités, achat Rollin 1839, n° inv. 218.4 (A) 
 
  • Deux deniers au type « PAXS », datée des années 1083-1086, provient de l’atelier de Bristol, l’une du monnayeur Sven (Droit : +PILLELM REX ; buste de face avec sceptre à droite. Revers : +SPEIN ON BRICSOI(L inversé) ; croix cantonnée de 4 lettres encerclées PAXS), l’autre probablement de l’atelier de Wilton(Droit : +PILLEL(M R en ligature)EX I ; buste de face avec sceptre à droite. Revers : +IN[..]PINE ON PIILI (ou PNCI ?) ; croix cantonnée de 4 lettres encerclées PAXS)
 
poids : 1,40 et 1,35 g. 
Musée des Antiquités, achat Rollin 1839, N° inv. 218.3.1 (A), 218.3.3 (A).
 
Ces pièces ont été acquises auprès du numismate professionnel parisien Rollin. Selon le registre d’inventaire, elles proviennent d’une découverte en Angleterre. Il s’agit probablement du très grand trésor de Beaworth mis au jour en 1833 et composé d’environ 10.000 pièces. En effet, nous savons que ce trésor fut dispersé auprès des collectionneurs. Achille Deville, alors conservateur du Musée des Antiquités a mené une politique d’acquisition d’objets d’intérêt régional. Contrairement aux monnaies frappées en Normandie à cette époque, les pièces anglaises de Guillaume étaient de belle facture et pourvues de portraits, bien que stylisés. Les très beaux dessins à l'encre de Chine de ces pièces dans le registre d’inventaire témoignent de l’importance que Deville accorda à ces acquisitions.
Jens Christian Moesgaard
 

Localisation

Les expositions

The Keep, Falmer

"The First World War"
Découvrez le nouveau site dédié à la Première Guerre mondiale réalisé par les Archives de l'East Sussex County Council